Education permanente

L’Education permanente, qu’est-ce que c’est ?

Selon l’article 1er du décret du 17 juillet 2003, modifié en 20181, une organisation d’éducation permanente a pour objectif de favoriser et de développer, principalement chez les adultes :

  • une prise de conscience et une connaissance critique des réalités de la société ;
  • des capacités d’analyse, de choix, d’action et d’évaluation ;
  • des attitudes de responsabilité et de participation active à la vie sociale, économique, culturelle et politique.

Ainsi, les associations d’éducation permanente s’inscrivent dans une perspective d’égalité et de progrès social, en vue de construire une société plus juste, plus démocratique et plus solidaire qui favorise la rencontre entre les cultures par le développement d’une citoyenneté active et critique et de la démocratie culturelle.

Une prise de conscience et une connaissance critique des réalités de la société

A travers l’activité de la couture, nous posons un regard critique sur le mode de production textile dominant. En effet, il s’agit de la deuxième industrie la plus polluante au monde après le pétrole. Ce secteur rejète à lui seul 1,7 milliards de tonne de CO2 par an2 en comptabilisant toute la chaîne du produit – production des matières premières, transformation, transport, distribution,… Dans un contexte où il devient de plus en plus urgent d’agir pour contrer le réchauffement climatique, il est temps de promouvoir des solutions alternatives respectueuses aussi bien de l’environnement que de l’homme, et de ne plus soutenir ces industries polluantes.  

De plus, la production textile requiert une grande consommation en eau. A titre d’exemple, 2500 litres d’eau sont utilisés pour un tee-shirt de 250 grammes3. Or, l’eau représente également une denrée rare. D’ici 2030, si nous ne réagissons pas, les Nations-Unies prédisent que la moitié, voire les deux-tiers de la population mondiale pourraient être confrontés à des « stress hydriques ». En d’autres termes, ils annoncent un risque de pénurie d’eau pour certains pays. Parmi les plus concernés, les mégapoles de plusieurs millions d’habitants des pays les moins développés. S’ajoute à cette consommation excessive, le fait que l’eau est polluée par des intrants chimiques qui servent à la coloration et au traitement du vêtement. Cette pollution des eaux a pour externalités négatives non seulement un impact sur l’environnement, mais également un impact sur la santé des populations locales. Ainsi, en dispensant des cours de couture de qualité qui permettront aux personnes de fabriquer leurs propres vêtements, nous leur permettons une prise de conscience de ces réalités qui semblent parfois irréelles et contribuons à limiter tant la surproduction que le gaspillage de ressources naturelles et finies. 

Se réapproprier la fabrication de vêtements est aussi une manière de décrier l’esclavagisme moderne qui a lieu dans le secteur textile. S’ajoute à notre préoccupation environnementale, une critique et une réflexion quant à l’aspect éthique de ce marché. Outre les conditions salariales très basses en comparaison avec nos références européennes, il y a, entre autres, le travail d’enfants, la manipulation de produits chimiques sans protection, le travail forcé,… 

Nos cours de coutures contribuent donc à une réflexion informelle sur la valeur et les impacts sociaux, économiques et environnementaux de notre consommation textile. 

Des capacités d’analyse, de choix, d’action et d’évaluation

Parce qu’il n’est pas à la portée de tous de s’offrir des vêtements écologiques, responsables et durables, nous pensons que c’est par l’apprentissage de ce savoir-faire que les personnes pourront s’émanciper, se responsabiliser et gagner en autonomie, et  in fine, agir pour un monde plus juste et durable. Nous sommes persuadés que la pratique de cette activité émancipatrice au niveau individuel s’inscrit également dans une dynamique d’émancipation collective. Prendre le temps de se familiariser avec la machine, les tissus (mis à disposition et sélectionnés avec attention), se rendre compte du temps que prend la réalisation de diverses pièces, et échanger les idées et savoirs entres participants et enseignants sont autant de gestes/moments qui invitent à prendre de la distance avec le modèle de notre société actuelle (course à la rapidité, au choix le plus économe mais non responsable, au gaspillage et à l’hyper-consommation.) Ainsi, prendre ce temps met en évidence le besoin pour notre société de se tourner vers plus de sobriété et de simplicité

D’autant plus que cette activité procure un effet thérapeutique. En effet, l’activité de coudre rend présent à ce que l’on fait et (que ce soit à la main ou à la machine) permet d’entrer dans un état de pleine conscience – ce qui est bénéfique notamment pour les personnes encline au stress ou à la dépression. Non seulement le mouvement répétitif entraine une augmentation du niveau de l’hormone du bonheur, à savoir, la sérotonine4, et une meilleure capacité de mémorisation, mais il intervient également sur la confiance en soi et la créativité. Nous pensons que ces quelques effets bénéfiques sur la santé des participants participent très certainement, et sur le long terme, à l’émancipation individuelle de ceux-ci. 

Notre ASBL offre donc le choix de ne plus (sur)consommer des vêtements dont il est difficile de déterminer la provenance, les matériaux utilisés, … Et au contraire, favorise la créativité, le geste de récupération et invite à se questionner sur nos besoins réels, tout en procurant du bien-être aux participants. 

Des attitudes de responsabilité et de participation active à la vie sociale, économique, culturelle et politique

Assemblés sous le statut d’ASBL, notre mission est de donner accès à des savoirs-faire et de favoriser une solution alternative au secteur du textile dominant pour construire un monde plus juste, plus solidaire et durable. 

Nos cours se réalisent grâce au concours de professionnels issus du monde de la couture, mais surtout, avec des personnes ayant des compétences reconnues en pédagogie, transmission de savoirs, et psychologie. Ils s’adressent à tout type de public souhaitant se responsabiliser et, de facto, participer activement à la vie sociale. C’est pourquoi, nous proposons différentes formules à des prix attractifs (7,2€/h, 36€/mois,…) et offrons aussi la possibilité d’échelonner les paiements afin que l’argent ne soit pas un facteur contraignant. En effet, nous cherchons à rendre accessible cette activité au plus grand nombre. C’est la raison pour laquelle nous proposons également une formule promotion sociale pour les publics défavorisés avec pour objectif global la construction d’une société plus juste, plus démocratique et solidaire.

Outre les cours dispensés, nous fournissons également un syllabus complet rédigé par 22 professionnels du métier donnant accès à toutes les explications pour la réalisation de tout type de vêtements ; des vidéos de haute qualité permettant à tout apprenant de visualiser les gestes à adopter ; ainsi que le matériel nécessaire. Si cette activité a effectivement un certain coût, nous pensons néanmoins que les participants ressortiront de nos ateliers avec des connaissances solides, de la pratique intégrée et de la matière qui leur permettront de créer leur propre vêtements tout en prenant conscience de certaines réalités de notre société (comme mentionné précédemment). 

Enfin, ces cours de couture sont également des moments de rencontres et d’échanges d’idées entre participants et professeurs. Il s’agit d’un lieu propice à l’échange de connaissances interculturelles dans une atmosphère bienveillante et encadrée par des personnes soucieuses de transmettre leur savoir-faire. Cette participation active fait toute la spécificité de notre ASBL. 

Ainsi, tous ces éléments montrent notre volonté d’agir, grâce à l’activité de couture, activement au sein de la société et de donner des clés de compréhension sur notre mode de vie actuelle pour favoriser l’autonomie, la responsabilisation et la participation citoyenne active de tout un chacun. 

1. Décret relatif au développement de l’action d’Education permanente dans le champ de la vie associative,14/11/18

2. WWF (Switzerland), Sabine Loetscher (lead author), Changing Fashion – The Clothing and textile industry at the brink of radical transformation, 2017

3. Application My Twist, infographie sur l’impact de l’industrie textile sur l’environnement, 2015

4. The Guardian, The calming effects of sewing can help people express and heal themselves, 2019