#URGENT #CORONAVIRUS #MASQUES

Cet article est un cri de douleur, d’impuissance face aux médias et à l’état qui traine à réagir pour proposer une solution face à un problème d’une gravité sans précédent. Nous avons conscience qu’il peut paraître agressif, mais ce n’est pas le cas. Il faut remettre la situation dans son contexte : cela fait presque une semaine que nous essayons de lancer une opération permettant de sauver des vies et que le gouvernement réfléchit ou s’en fou complètement

Comme vous le savez la situation est extrêmement urgente, le manque de moyen des hôpitaux et des travailleurs est inimaginable et depuis le début de la semaine des gens meurent pendant que l’état nous empêche de faire notre travail de citoyens.

Personnellement, l’infirmier qui se charge de mon grand père soigne des gens toute la journée sans masque. Ma tante qui travaille dans une pharmacie travaille tout la journée sans la moindre protection, même basique.

Il n’est pas acceptable que des personnes travaillent en Belgique, en France ou ailleurs en risquant leur vie. Chaque travailleur devrait avoir le droit d’avoir un masque pendant toute la durée de son service.

mise à jour samedi matin 21 mars

après 3 jours à contacter tout le monde et se retrouver face à des murs, nous avons rajouté les premiers paragraphes et ce qui suit les cinq suivants paragraphes. Jusqu’à présent nous ne demandions que la dérogation de l’Onem pour lancer une production interne

Nous essayons depuis plusieurs jours de lancer une énorme campagne de production et de livraison de masques sanitaires pour lutter contre le coronavirus. D’après notre estimation, nous pourrions probablement en produire au moins une centaine de milliers par jour, tout en organisant les livraisons dans les hôpitaux.

Mais nous avons besoin d’une dérogation de l’Onem. Nous n’avons évidemment pas les moyens financiers de faire produire à 30 employés et à des milliers d’élèves des masques pro bono. Nous disposons en outre d’un service logistique interne et d’un parc de près de 800 machines à coudre ! Pourtant cela semble capital et pouvoir permettre de sauver de nombreuses vies. Nous pouvons néanmoins offrir du tissu et de la main d’oeuvre.

Il ne nous manque que l’autorisation de l’Onem. En effet, si on se lance dans ce projet, il est quasi certain que l’Onem nous retirera notre droit au chômage pour force majeure et nous ferions de facto faillite dès la fin de l’épidémie. En tant que dirigeant d’entreprise, je me dois de penser à l’après. Et mettre au travail, même dans ce genre de cas, des travailleurs est de la fraude social et moi, Vincent Laurent, dirigeant de Coursdecouture.org, je m’expose à pas moins de 40 000€ de charges sociales à payer par mois de travail, même dans le cadre d’une action bénévole.

L’état et les médias ne répondent pas. Nous avons contacté des ministères qui nous renvoient les uns vers les autres et apparemment les boîtes mails des médias sont surchargées.

Pourriez-vous nous aider à porter ce message pour que des personnes responsables nous donne le feu vert ?

La demande est en cours de traitement chez :

  • Barbara Trachte/ Alain Maron, ministère de l’économie de la région de Bruxelles
  • L’Onem
  • Le cabinet de Jeholet, Ministre Président de la Cocof

Proposition numéro 2 : envergure nationale

Au plus nous réfléchissons à ce projet, au plus nous nous rendons compte que les initiatives locales, c’est très bien, mais ce n’est pas ce dont a besoin le pays. Le besoin n’est pas en milliers mais en millions par jour !

Nous avons les moyens de passer de quelques dizaines de milliers, grâce à notre production interne à une production en centaines de milliers, voire même en millions par jour si l’état participe enfin à l’urgence sanitaire.

En effet, une personne peut produire 100 masques par jour sans trop de difficultés. Si nous avons ne serait-ce que 5 000 personnes qui s’y mettent sérieusement, on passe à 500 000 de productions par jour. Avec 10 000 personnes, on monte à UN MILLION DE MASQUE PAR JOUR.

Il y a environ 4 500 000 de belges francophones en Belgique, il ne s’agirait que de mobiliser seulement 0,2% de la population pour obtenir une production suffisante !

Nous pouvons mettre à disposition les moyens suivants :

  • Une hotline constituée de nos 30 professeurs pour aider les personnes qui ne parviennent pas à confectionner les masques
  • Des dizaines de tutoriels en vidéo pour vous permettre d’apprendre à réaliser simplement ces masques et à trouver des solutions quand vous manquez de fournitures, en effet, les élastiques sont déjà en rupture de stock et il existe plein de solutions mais pas de patrons !
  • Nous pouvons mettre à disposition notre parc d’environ 700 machines à coudre, mais nous avons besoin d’un défraiement de l’état puisque quand la situation sera calmée, nous nous retrouverions sans nos outils de travail
  • Mise à profit de notre chaine logistique, en effet, nous disposons de notre propre système de logistique puisque nous disposons de 17 ateliers en Belgique et de notre propre marque de machines à coudre.

Nous avons besoin :

  • Pouvoir réquisitionner tout le matériel disponible dans les magasins : machines à coudre, fils, élastiques, tissus
  • être en contact avec un expert Coronavirus
  • Pouvoir remettre au travail les anciens professeurs qui souhaitent nous aider
  • Obtenir un budget pour la communication. Des bonnes idées c’est bien, mais si elles sont invisibles (vous voyez cette publication car nous avons dépensé de l’argent pour la rendre visible)
  • Un accord avec un ou tous les supermarchés, pharmacies,… pour servir de points de relais

Proposition 3 : une envergure internationale

Rien ne nous empêche d’avoir un impact sur toute la francophonie, en effet, la France et le Luxembourg sont dans le même état que nous. La solution est la même.

Si la France participe à notre projet, nous pouvons sans problème atteindre une production d’au moins 10 millions de masque par jour.

Et si ça fonctionne, rien n’empêche de proposer cette solution pour le monde entier.

Logistique

Nous pensons que la logistique doit être au plus simple : Nous mettons à disposition sur notre site tout le nécessaire pédagogique. Les personnes produisent chez eux, celles qui souhaitent recevoir gratuitement une machine à coudre s’engage à produire un nombre de masques proportionnel à la valeur de la machine (entre 175€ et 800€, disons entre 5 000 et 40 000 masques ?).

Pour ceux qui s’inquiètent que les masques puissent être infectés par le virus : il faut le laver quand on le reçoit.

Opération Rhinocéros

Plan d’action

Etape 1 : pré-préparation J0

  • Nous donner un accord de principe au sujet de cette dérogation pour pouvoir travailler tout en garantissant de ne pas avoir de problème par la suite!

Etape 2 : préparation J0

  • garantir un remboursement de nos frais sur base de facture que nous fournirons
  • valider et renforcer notre logistique
  • rendre illégal la vente de masque : il est primordial que cela reste une activité bénévole
  • nous mettre en contact avec un virologue pour valider les modèles de patrons que nous allons réalisé pour recycler des vêtements

Etape 3 : distribution J0

  • Distribution des machines à coudre et du matériel
  • Production et diffusion des patrons sur base de différents tissus pour prévoir tous les manques de fourniture
  • Envoi de newsletter massives par nous et tout autre intéressé
  • Création d’une hotline téléphone et vidéo disponible toute la journée pour être mis en relation par l’un de nos 30 professeurs

Etape 4 : Production – livraison

  • Produire avec un objectif de 100 masques par personne
  • Livrer les points relais tous les après-midi
  • Ceux qui ne peuvent pas coudre donnent leurs fournitures le matin

Etape 5 : la suite

  • Quand il y aura assez de fourniture en masque, il faudra produire des gants/moufles, voir des combinaisons

Voilà, c’est extrêmement simple et cela ne nécessite pas de se faire avoir par les turcs ou de bénéficier de la générosité des chinois. Nous avons en Belgique, les moyens de résoudre nos propres problèmes. Si l’état cesse de nous mettre des bâtons dans les roues.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

173 commentaires sur “#URGENT #CORONAVIRUS #MASQUES”